contact : christine (at) degoy.net - +33(0)783224566 message
degoy.net / christine                Peintures, sculptures fr en

Paysages et figures Energies Sculptures Petits formats     A propos

Démarche

Imaginez une scène de film : un homme marche dans la rue, un homme ordinaire dans une portion de rue. Maintenant ajoutez une musique... et soudain tout s'éclaire – ou plutôt, vous comprenez ce que ressent cet homme et même ce qu'il pense. Par le non-verbal, comme la musique de cette scène, une porte s'ouvre vers l'intimité du spectateur, vers ses émotions, son ressenti, qu'il va projeter sur le personnage pour s'identifier à lui. Il va s'approprier le personnage et s'unifier avec lui.
Et par effet de miroir, c'est donc une porte qu'il ouvre sur lui-même.
Ouvrir une porte sur soi-même, se découvrir, se connaître, s'accepter pour s'épanouir, se dépasser, est un enjeu d'actualité.

Si nous prenons du recul sur les deux siècles passés, nous nous apercevons que l'art s'est concentré sur l'expression des émotions – de l'idéalisation à la désillusion.
Alors, parallèlement à d'autres champs dans la société, l'art a cherché à comprendre, avec sincérité, comment le monde est fait.
Il est entré dans une phase de déstructuration, de décomposition, d'analyse, de psychanalyse.
L'artiste s'est confronté à son intérieur, mentalement ou sensuellement.
L'art a suivi ce parcours : depuis une vision d'ensemble, macroscopique et floue, jusqu'à une vision microscopique, où la défragmentation et la confrontation à la brisure pousse jusqu'à l'anecdote de la névrose, ou encore au vide et à l'épure totale.

Il est entré désormais dans une ère de recomposition, mais avec ce bagage incroyable, cette vision intégrale. L'art a vu, a compris et entre dans une phase d'acceptation et de reconnexion. L'enjeu est, selon moi, de retrouver l'unité, l'intégralité ou l'intégrité.

Mon désir est de relier les morceaux, créer un pont vers l'entièreté de son l'être. Mon travail s'inscrit ainsi dans cette préoccupation de l'unité retrouvée.
J'utilise une toile blanche, matière brute de l'artiste et de l'huile et des pigments comme matière première, sans intervention notable, les laissant se répandre, se diffuser, s'exprimer d'eux-mêmes. Ceci est pour moi l'acceptation de leur nature.
Ce préalable posé, je tisse ensuite les liens entre le spectateur et le monde accepté. Je pose sur les coulures banales, sur les densités naturelles, sur les diffusions authentiques, un élément non verbal comme une sensation, une matière émotionnelle, une couleur sensuelle. C'est un pont entre soi et le monde qui va permettre de projeter son ressenti, son intériorité sur la toile. Cette deuxième phase agit comme un révélateur, au même titre que la musique va révéler le ressenti du personnage et par réflexion l'intériorité du spectateur.

Ainsi, celui-ci agit en son être intérieur par réflexion du chemin tracé sur la toile, sans intervention mentale mais touché par la matière-émotion de l'œuvre ; lorsque mon travail atteint son but, le spectateur redevenu acteur et artiste de sa propre création s'ouvre au processus et transfère en lui-même cette transcendance menant à la recomposition vers son intégrité.

Déclaration

Peindre est un acte sacré ;
à la fois d'introspection et de transmission. Cette conscience du partage entraîne chez moi la responsabilité de l'énergie véhiculée par la toile.
Elle se doit, à mes yeux, d'être porteuse, exaltante, constructive, enthousiasmante, apaisante, aimante, tour à tour ou à la fois. D'aucun diront que le merveilleux est dépas- sé, quête démodée, mais peut-on construire sans espoir, avancer sans perpectives joyeuses, évoluer, progresser sans apercevoir la confiance, la paix, sans goûter aux plaisirs des sens ?
Je ne me reconnais pas dans un monde ou seule la douleur est authentique et la joie superficielle. Ces énergies sont à accepter mais à transmuter.
Je me plais dans ce monde ou existe la possiblité de créer, de se réjouir, de partager, de transformer jusqu'à transcender.
Je suis une artiste engagée dans le sens de la Vie.

Naissance en 1975
Ecole d'art (ENSAAMA Olivier de Serres) à Paris 1993 – 1997
Vit dans les Pyrénées Orientales depuis 2003